UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Introduction de la Banque des actes notariés

Actualités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil des ministres belge a approuvé un projet d’arrêté royal portant l’introduction de la Banque des actes notariés.

Le 13 décembre 2019, le Conseil des ministres belge a approuvé un projet d’arrêté royal portant l’introduction de la Banque des actes notariés.

La loi du 6 mai 2009 portant des dispositions diverses a introduit dans la loi organique sur le notariat la possibilité de recevoir des actes notariés qui n'existent que sous forme dématérialisée, et elle l'a associée à la création d'une Banque des actes notariés (NABAN) pour en permettre une conservation sécurisée.
Il a été prévu à cette occasion que la Banque des actes notariés contiendrait une copie dématérialisée de tous les actes reçus sur support papier, de sorte que le citoyen puisse y trouver un aperçu de tous les actes auxquels il a été partie après la mise en place de NABAN.

La Banque des actes notariés est créée par phases, pour démarrer en premier lieu au 1er janvier 2020 avec les copies dématérialisées des actes reçus en format papier.
NABAN sera gérée par la Fédération royale du notariat belge.
La loi dispose que la copie dématérialisée qui sera reprise dans NABAN aura la même valeur probante qu'une première expédition. La Banque des actes notariés constitue ainsi une source authentique complète en ce qui concerne les actes notariés.

Les parties pourront consulter directement leurs actes dans NABAN en s'identifiant au moyen de leur carte d'identité électronique.

Le projet d’arrêté royal régit l'établissement de NABAN, l'accès à celle-ci et les modalités techniques selon lesquelles les copies dématérialisées des actes sur support papier seront dressées et conservées.

Le projet est transmis pour avis à l’Autorité de protection de données et au Conseil d’Etat.