La confiscation d’un bien sous scellé n’est pas susceptible d’un recours pour erreur matérielle

Droit pénal
Outils
TAILLE DU TEXTE

Un justiciable a lancé une requête pour erreur matérielle à la suite de la confiscation de son bien sous scellé. La Cour de cassation estime que les faits relèvent d’un incident contentieux relatif à l’exécution.

M. X., accusé des chefs d’enlèvement et de séquestration a été acquitté. La confiscation du scellé constitué de sa motocyclette a cependant été ordonnée. M. X. a demandé sa restitution sur le fondement de l’article 41-1 du code de procédure pénale, ce que le procureur a rejeté en invoquant l’autorité de la chose jugée. M. X. a déposé une requête en rectification d’erreur matérielle. Il a soutenu devant la cour d’assises de Nîmes en formation collégiale, qu’après l’avoir acquitté, cette même cour ne pouvait ordonner la confiscation d’un bien lui appartenant et (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.