UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Christophe Jacomin : « Le cabinet Jeantet, d'une grande technicité [...] avec une volonté de modernisation et de développement forte, m’est apparu comme une excellente opportunité »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Christophe Jacomin dans le cadre de son arrivée en tant qu'associé au sein du cabinet Jeantet. 

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Jeantet ?

Après 17 ans passés chez Lefèvre Pelletier devenu LPA CGR, où j’avais exercé toutes les fonctions et participé activement à son développement en France et à l’étranger, j’étais intéressé par une nouvelle aventure. Le cabinet Jeantet, d’une très grande notoriété et technicité, où un de mes amis de Gide était devenu Managing Partner, Karl Hepp de Sevelinges, avec une volonté de modernisation et de développement forte, m’est apparu comme une excellente opportunité.

Est-il plus facile de rejoindre un cabinet avec son équipe ?

Il est en effet plus facile de rejoindre un cabinet avec l’ensemble de son équipe qui connaît les dossiers et les clients. Cela est de nature à rassurer les clients sur le suivi de leurs dossiers et le niveau d’expertise et les délais de traitement.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après un début de carrière dans la haute fonction publique, secrétaire d’ambassade et adjoint de Direction au Secrétariat Général de la Commission bancaire en charge de la supervision des grands banques françaises, je suis devenu avocat d’affaires dans le domaine bancaire et financier. Mon premier cabinet Giroux Buhagiar & Associés était un cabinet très spécialisé dans le domaine financier où j’ai découvert le métier d’avocat d’affaires. C’était un cabinet historique à l’ancienne qui était très centré autour de son fondateur mais d’une très grande technicité. J’ai par exemple participé à la restructuration de la dette d’Eurodisney. J’ai ensuite rejoint le cabinet Gide grâce à un de mes amis de Sciences Po. Il est venu à notre déjeuner le vendredi avec l’associé en charge et le lundi j’étais chez Gide. J’ai chez Gide poursuivi mon activité dans le domaine du droit bancaire et financier notamment au bureau de Moscou où j’étais en charge de l’activité de financement pour la Russie – CEI de 1996 à 2000. J’ai ensuite rejoint le cabinet Lefèvre Pelletier & Associés en 2003 où j’ai développé les activités de financement dans les secteurs immobiliers, corporate et énergies renouvelables et en matière de réglementation bancaire et financière. J’ai également assuré la direction du cabinet pendant plusieurs années et ai contribué à l’ouverture de bureaux en Asie, en Afrique, Moyen-Orient et Europe.

Qui vous a le plus influencé votre carrière ?

Les associés fondateurs des cabinets où j’ai pu travailler, Jean Loyrette et Jacques Terray, Philippe Lefèvre et Philippe Pelletier par exemple.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Mes meilleurs souvenirs sont le closing de très grands opérations de financement internationales ou de gagner un contentieux en Cassation après plusieurs années de procédure.

Quels sont vos domaines de compétences ?

J’interviens dans le domaine des financements d’énergies renouvelables, immobiliers, corporate et matières premières ainsi qu’en qualité de conseil sur la réglementation bancaire et financière pour des établissements réglementés.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Le développement de nombreux projets dans les énergies renouvelables notamment dans le domaine de l’éolien off shore.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille des établissements financiers de premier plan français et étrangers (BPCE, BPI, ING, Bank of America) ainsi que des fonds de dette (Harbert Investment Fund) et des grands corporate (Yamaha, Cargill).

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Renforcer la pratique bancaire et financière en France et à l’étranger, participer à son développement et son positionnement de premier plan.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)