Absence de relogement : engagement de la responsabilité de l’Etat pour carence fautive

Immobilier / Construction
Outils
TAILLE DU TEXTE

Lorsqu'une personne a été reconnue comme prioritaire et comme devant être logée ou relogée d'urgence par une commission de médiation, la carence fautive de l'Etat à exécuter cette décision dans le délai imparti engage sa responsabilité à l'égard du seul demandeur au titre des troubles dans les conditions d'existence.

Par un jugement du 6 octobre 2017, le tribunal administratif de Paris a rejeté la demande de Mme A. de condamner l'Etat à lui verser la somme de 20.000 € en réparation du préjudice résultant de son absence de relogement. Le 25 février 2019, le Conseil d'Etat annule le jugement.Il précise que lorsqu'une personne a été reconnue comme prioritaire et comme devant être logée ou relogée d'urgence par une commission de médiation, en application des dispositions de l'article L. 441-2-3 du (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.