Avis CEPC : licéité de l’application de nouvelles CGV sans le consentement du cocontractant

Contrats
Outils
TAILLE DU TEXTE

La CEPC apporte des précisions sur la licéité de l’application de nouvelles conditions générales de vente, et notamment d’une nouvelle durée contractuelle initiale, sans le consentement du cocontractant.

Dans son avis n° 20-5 du 24 septembre 2020, publié le 7 octobre 2020, la Commission d’examen des pratiques commerciales (CEPC) précise que lorsque le contrat initial a fait l’objet d’un renouvellement postérieur à l’entrée en vigueur de la réforme du droit des contrats, le nouveau contrat est soumis aux nouvelles règles issues de cette réforme. Dans le cas où il s’agit d’un contrat d’adhésion, au sens de l’article 1110 alinéa 2 du code civil, il y a lieu, en cas de doute sur la signification d’une de ses clauses, d’interpréter celle-ci contre celui qui a proposé le contrat (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.